Il n’y aura pas de troisième mandat.

Le président guinéen, Alpha Condé, ancien opposant historique qui a réussi à accéder au pouvoir en 2010 après une transition militaire est actuellement dans son deuxième et, en principe, dernier mandat à la tête du pays, selon la Constitution du pays. Depuis dimanche, Alpha Condé a ouvert le débat sur un troisième mandat.
Le débat sur le troisième mandat présidentiel est actuellement ouvert en Guinée depuis quelques jours. Alors qu’il est en train de boucler un an de son deuxième mandat à la tête du pays, Alpha Condé a laissé entendre qu’il réfléchissait à la possibilité d’un autre quinquennat.
Interrogé par un journaliste qui lui demandait s’il quittera le pouvoir après ses deux mandats, le président guinéen rit aux éclats, puis prend la défense des pays monarchiques et des pays dont les présidents ont changé de constitution pour se représenter.
«Je viens du Rwanda, un pays bien géré et qui avance. Au Rwanda, vous ne pouvez pas jeter un morceau de papier dans la rue. L’Ethiopie est un pays bien géré qui avance. Enfin, pourquoi vous ne posez pas la question de Singapour. Pourquoi vous ne parlez pas des pays de l’Asie du Sud Est. Quand on dit que Singapour est bien développée, pourquoi vous ne vous posez la question de savoir comment il était ? Nous en avons assez qu’on invective : l’Afrique, l’Afrique. L’Asie du Sud- Est dont on vante tant est bien développé mais comment ? Est-ce des démocraties ? La Malaisie ? Pourquoi vous ne voulez pas que je collabore avec Kagamé ? Non, je n’ai aucun complexe », a laissé entendre Alpha Condé.
Le chef de l’Etat guinéen estime que chaque président est libre en fonction de son peuple, de faire sa politique et qu’il ne lui appartient pas d’apporter des jugements.
«Dans un pays, ce n’est pas à vous de décider, c’et le peuple. Personne, je dis personne ne me dira ce qu’il faut faire, seul le peuple de Guinéen le dira. Et je n’ai aucun problème à collaborer avec Kagamé, à collaborer avec le président éthiopien ou à collaborer avec d’autres. Donc, c’est vous qui vous préoccupez de ça. J’ai un programme de cinq ans. J’applique mon programme pour satisfaire le peuple de Guinée. Je ne rentre pas dans ce débat de savoir si le programme est démocrate ou pas. Ça c’est le problème avec son peuple », a-t-il dit.
Le professeur Condé affirme qu’il peut tirer des leçons des bonnes expériences pour faire avancer son pays. M. Condé dit ne pas vouloir rentrer dans le débat de limitation de mandat ou pas.
« Ce qui m’intéresse, ce que j’ai des engagements avec le peuple de Guinée. Je remplis ces engagements. C’est vous qui spéculez. Il y a certains qui s’agitent, qui sera vivant en 2020, qui ne sera pas là, qui est Bon Dieu », affirme-t-il avant de préciser qu’il veut laisser au peuple la possibilité de décider s’il va ou pas se présenter pour un 3ème mandat.
Pour plusieurs guinéens, il a des idées de modifications constitutionnelles ou de référendum derrière la tête.
En Guinée, la Constitution est claire sur le sujet : le mandat présidentiel est de cinq ans renouvelable une seule fois.